Soutien aux médias en Haïti : mesures d’urgence et actions à moyen terme (revue de presse)

vendredi 19 mars 2010

Depuis le séisme qui a frappé Haïti le 12 janvier, détruisant les maisons, les vies et les moyens d’existence de millions d’Haïtiens dans les principales villes du pays, les organisations humanitaires internationales se sont mobilisées pour venir en aide aux sinistrés. Pourtant, plus d’un mois après la catastrophe, les journalistes présents sur place témoignent des problèmes rencontrés par les secours et des souffrances que continue à endurer le peuple haïtien.

Actions immédiates pour l’UNESCO


Des ONG de premier plan (AMARC et Internews) ont demandé si l’UNESCO accepterait d’accueillir dans ses locaux, pendant une courte période, les journalistes et en particulier les professionnels des radios communautaires (comme le Réseau des femmes des radios communautaires haïtiennes), dont les bureaux ont été détruits. Auprès de l’UNESCO, ils pourront avoir une place plus visible dans le réseau de communication de l’aide humanitaire.


Entreprendre une évaluation exhaustive des besoins, en étroite collaboration avec le ministre des Communications et en consultation avec les médias locaux et les organisations internationales.


Organiser des formations ciblées pour les journalistes en suivant le cursus de l’UNESCO sur le reportage en situation de conflit. Les tensions politiques qui règnent dans le pays, aggravées par le séisme et ses conséquences sociales, justifient un soutien dans ce domaine.


Entreprendre une évaluation des besoins liés aux dommages subis par les Archives nationales et le patrimoine documentaire d’Haïti, dans le cadre du programme Mémoire du monde.


Actions à moyen et long terme


Une fois l’urgence humanitaire passée, il faudra aider le gouvernement et ses partenaires à remettre sur pied les médias qui ont été frappés par le séisme du 12 janvier, dans la capitale mais aussi dans les provinces, notamment dans les villes de Petit-Goâve, Grand-Goâve et Léogâne, qui ont été sérieusement touchées.


Il s’agit là d’un projet en plusieurs étapes, qui exigera un soutien suivi et flexible. Il est escompté qu’à la fin du projet le sous-secteur de la communication en Haïti fera preuve d’indépendance, de liberté d’expression et de pluralisme.
 

 
Sur les ondes © 2011 | Designed by RumahDijual , in collaboration with Online Casino , Uncharted 3 and MW3 Forum